• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des grands-parents dévoués

Des grands-parents dévoués - Margaret Marlow

C’est comme ça que je nous décrirais, Jean-Philippe et moi, lorsque nous avons accepté de nous occuper des enfants de notre fille Anne-Marie.

Ils sont aujourd’hui, beaucoup trop vieux pour qu’on puisse réellement s’occuper d’eux, mais lorsqu’ils étaient jeunes, nous avions régulièrement le plaisir de les garder, tant chez eux, que chez nous, dans notre maison à Montréal, comme à celle de Drummondville.

Il y a d’abord eu David, qui a maintenant 24 ans, puis Léa, 21 ans, Déborah 16 ans, et enfin Elsa, 15 ans.

Quand ils étaient petits, tous les mercredis, nous avions le plaisir de les recevoir à la maison pour les garder toute la journée. Leurs parents les déposaient avant d’aller travailler, et nous avions la journée pour nous. On faisait les courses pour le déjeuner, je leur achetais des desserts à la pâtisserie du coin, et l’après-midi, nous allions faire de longues promenades au parc, ou alors si le stand était ouvert, nous mangions des barbes à papa avant d’aller faire un  tour aux petites voitures.

Ce sont des souvenirs gravés dans ma mémoire à jamais. Nous avons toujours été près d’eux du mieux que nous pouvions, et je pense que même pour eux, cela a été un réel plaisir de tout partager avec des membres de la famille proche.

Au début, mon mari travaillait encore dans le remplacement toiture Drummondville, donc, il nous était parfois difficile d’être inconditionnellement disponibles, c’est pour cela qu’occasionnellement, Anne-Marie faisait appel aux services d'une gardienne qu'elle avait connue par le biais d’une amie, et qui s’appelait si je me souviens bien, Véronique. C'était peut-être très pratique, je veux bien le croire, mais qui ne pourra jamais remplacer la place des grands-parents dans le cœur et la mémoire d’un enfant.

Nous avons eu aussi le plaisir de recevoir les enfants tous les mois de juillet, à toutes les années, jusqu’à ce qu’ils partent en camp scout, à partir de l’âge de douze ans environ.

Ils venaient quand même profiter de la maison, de la sérénité et du confort qu’apportent les grands-parents quand ils bichonnent leurs petits-enfants, toutes les autres vacances et dès qu’un moment le leur permettait.

Malheureusement, les petits-enfants ont grandi, et nous, nous avons vieilli. Aussi, de leurs côtés, le travail ou leurs études, les emplois du temps sont parfois difficiles à concilier. Pourtant, une occasion n’est jamais perdue pour se voir.

 

The author:

author

Margaret Marlow est une blogueuse montréalaise née le 8 janvier 1954. Son premier blog fut publié au début des années 2000, créa un buzz et attira plusieurs milliers de lecteurs. Son expérience, mais aussi sa polyvalence ont intrigué les blogueurs et journalistes web. Aujourd'hui, elle est invitée à bloguer sur divers sujets partout sur la toile.