• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un léger cas de conscience

Un léger cas de conscience - Margaret Marlow

Je suis quelqu’un qui habituellement, est toujours de bonne humeur. J’aime me lever du bon pied en ayant déjà le sourire aux lèvres. Je suis convaincu que ça aide à passer une bonne journée. Même quand je suis pris dans un trafic infernal, j’écoute de la musique et j’essaie de me dire qu’au moins, j’ai la chance d’avoir un bon travail et de faire ainsi quelque chose que j’aime. Au travail, j’ai un tempérament de vivre et laisser vivre. Mais voilà, ce matin, il y a quelque chose qui me tracasse vraiment et avec quoi, je ne sais pas trop ce que je devrais faire. Je vous explique. Je travaille dans un bureau où il y a une ambiance absolument formidable. J’ai les mêmes collègues depuis près de dix ans, et il règne une harmonie vraiment remarquable au sein de notre groupe. La compagnie pour laquelle on travaille vient de signer un très gros contrat d'analyse qualité de l air, qui fait que depuis environ un mois, on est totalement débordé. Jusque-là, je ne me plains pas, comme je disais, j’adore mon travail et je suis très bien traité par mon employeur. Mais voilà, depuis deux semaines, ma voisine de bureau passe énormément de temps devant son ordinateur à regarder ce qui se passe à la garderie que fréquente sa fille. Je n’ai rien contre le fait qu’elle jette un coup d’oeil de temps en temps, mais je suis tenté de croire que là c’est carrément de l’abus. Aussi, je crois qu’il s’agit d’un nouveau logiciel qui permet de communiquer avec le personnel de l’établissement où est sa fille. C’est vrai que je n’ai pas d’enfant, donc je ne sais pas ce que c’est que de confier son bébé entre les mains d’une étrangère. Mais je me dis que ces gens-là sont formés et qualifiés pour effectuer le travail qu’ils ont à faire. Et en même temps, je me demande ce que je ferais si c’était mon fils ou ma fille qui se ferait garder. Je m’inquiète déjà un peu quand je fais garder mon chat pour plus de deux jours, alors imaginez un enfant ! Mais en même temps, ma collègue est payée pour faire un travail, alors je ne sais pas trop quoi penser. Je crois que je vais attendre un peu pour voir si la situation se replace d’elle-même. Si dans un mois rien n’a changé, il sera toujours encore temps d’en discuter avec elle. Et d’ici-là, je trouverai peut-être les bons mots pour lui en parler !

 

The author:

author

Margaret Marlow est une blogueuse montréalaise née le 8 janvier 1954. Son premier blog fut publié au début des années 2000, créa un buzz et attira plusieurs milliers de lecteurs. Son expérience, mais aussi sa polyvalence ont intrigué les blogueurs et journalistes web. Aujourd'hui, elle est invitée à bloguer sur divers sujets partout sur la toile.